English Deutsch Italiano Français Svenska русский Polski

Hyperhidrose plantaire - transpiration des pieds

Sympathectomie lombaire


Principes et méthodes

Afin d’arrêter les influx nerveux sur les glandes sudoripares des pieds, la chaîne sympathique doit être interrompue au niveau des ganglions lombaires (nouds nerveuses). Le nerf longe les gros vaisseaux (respectivement à gauche de l'aorte et à droite de la veine cave inférieure) en face de la colonne lombaire.

Auparavant, le nerf, difficilement accessible, nécessitait des incisions chirurgicales relativement longues, et des temps de récupération de plusieurs semaines. Ces dernières années s’est développée une technique peu invasive par le biais de la vidéo endoscopie (rétropéritonéoscopie) permettant l'accès aux deux cotés avec trois petites incisions faites latéralement au niveau du nombril.

Le séjour à l'hôpital peut ainsi être réduit à 24 heures et le temps de récupération postopératoire à quelques jours. Ce procédé réduit le risque de complications graves (d’hémorragies, des dommages à d'autres organes, éjaculation rétrograde, etc), à condition d'être effectué par une chirurgien expert avec cette procédure relativement difficile.

En raison du caractère très cachée du tronc sympathique lombaire auprès de la colonne vertébrale et joint dans l'écart entre les gros vaisseaux (aorte à gauche, la veine cave inférieure vers la droite) et le Psoasmuskel, généralement complètement couvert, il n'est pas facile d'accès. Souvent l'anatomie varie considérablement d’individu à individu, et nécessite ainsi une approche individuelle. Dans de rares cas, la chaîne ganglionnaire est totalement inaccessible, par exemple en raison d'adhérences suite à des antérieures interventions chirurgicales ou aux processus inflammatoires. Du fait de la position très cachée de la chaîne sympathique lombaire, à coté de la colonne vertébrale et enfermée dans un espace confiné entre les gros vaisseaux (aorte à gauche, la veine cave inférieure à droite) et le muscle psoas, habituellement couverts par ces structures, il est possible que l'accès soit complexe. Ainsi, des différences anatomiques nécessitant une approche individualisée ne sont pas rares. Dans des rares cas, il n'est pas possible de accéder au nerf due à des adhérences, par exemple en raison d'interventions antérieures ou aux processus inflammatoires.


Effets secondaires et complications

Suite à l'intervention, la plupart des patients qui subissent une sympathectomie thoracique (pour l’hyperhidrose palmaire ou faciale) peuvent connaître une augmentation de la transpiration du tronc. De même, la sympathectomie lombaire peut également avoir des effets secondaires, tel que la transpiration compensatoire qui se manifeste, cependant, dans la majorité des cas, sous une forme atténuée (voir à peine perceptible chez les patients ayant déjà subi une sympathectomie thoracique). Il peut également y avoir une augmentation de la microcirculation dans les pieds (les pieds au chaud), plus rarement un gonflement transitoire (œdème) des jambes ou des douleurs nerveuses passagers rayonnantes aux membres inférieurs. Chez l'homme, l'éjaculation rétrograde1, était redoutée par le passé : elle était fréquente après simpatectomie et linfadenectomie lombaire.

Avec le développement de la chirurgie endoscopique, qui cible les ganglions de la chaîne lombaire inférieure, l'éjaculation rétrograde est néanmoins devenue un symptôme rare et, le plus souvent, transitoire.

Dans certains cas, pendant l’opération, des difficultés anatomiques pourraient empêcher l'accès au nerf, comme du tissu cicatriciel serré et difficilement dissécable du à précédentes interventions chirurgicales ou des processus inflammatoires, vue bloquée par le sang etc, . Dans ces cas, l'opération doit être terminée ou convertie en accès ouvert classique.


Résultats

L'interruption du nerf au niveau de le troisième et quatrième ganglion lombaire se traduit par l'arrêt de la transpiration des pieds. Ce résultat a un taux de succès immédiat de près de 99%.

Résultat cosmétique

Plus à long terme, après un certain nombre de mois, chez certains patients se pose à nouveau un certain degré d'humidité (comparable à la transpiration normale). Toutefois, une récidive de la transpiration des pieds est, cependant, inhabituelle. La première cause à cela est la capacité du système nerveux de courir afin de trouver des détours (voies parallèles) qui rarement sont suffisants pour revenir à un état d’hyperhidrose. Une régénération du nerf interrompu n'est pas possible, particulièrement après une résection (ablation d'un segment).


Les options de traitement

La sympathectomie lombaire rétropéritonéoscopique est une procédure relativement complexe, effectuée seulement dans quelques centres spécialisés dans le monde entier. Le même principe que pour la sympathectomie thoracique est applicable: elle ne devrait être considérée qu'après épuisement de toutes les autres options thérapeutiques.

En Merano la procédure est effectuée à la Clinique de la S. Anna, presque toujours en une seule séance pour les deux parties. La durée d'hospitalisation est de 24 heures.

Pour plus d'informations:

Dr. Ivo Tarfusser
Spécialiste en Chirurgie et Urologie
Clinique St. Anna
Adresse: via Cavour 58, 39012 Merano BZ, Italie
Tel +39 335 241686, +39 0473 237312
Fax +39 0473 236409
e-mail: summit@parsec.it


Dr. Alberto Giudiceandrea
Spécialiste en Chirurgie
Tel: +39-333-3740186
email: agiudi@yahoo.com


1) L'éjaculation rétrograde: Manque de sperme vidange vers l'extérieur du fait qu'il monte vers l'arrière dans la vessie. Cela est du à un col de la vessie faible, car ses muscles, après sympathectomie lombaire haute (L1, L2), ne reçoivent plus suffisamment de signaux nerveux.